Mission Thaïlande // Part. 5 Koh Samui Chaweng

Un coup du sort de plus…

Sawat Di Khap ! Ça veut dire bonjour en thaïlandais ! Je vous apprendrais une expression chaque jour très utile pour vos voyages ici, et puis que ça fait déjà une semaine et demi, je vous initie à une expression supplémentaire : Kop khun khap, qui veut dire : merci ! Remarquez que le ‘Khap’ est utilisé à toutes les sauces, notre ami Gilou de Chiang Maï nous disait qu’il suffit de l’utiliser pour dire merci, bonjour, excusez moi, ça va … Notez cependant que ‘Khap’ concerne uniquement les hommes et le ‘Kha’ concerne les femmes. Ici la différence entre les hommes et les femmes est surtout remarquable dans les lieux de cultes où les dames sont priées d’avoir des tenus décentes, bien que dans certains temples même les hommes ne peuvent pénétrer en débardeur et caleçon. Sinon le reste du temps on ne ressent pas d’avantage de différence, la femme s’occupe des enfants pendant que les hommes bossent ou discutent au café, elle fait la cuisine pendant qu’il regarde la télé, en gros l’égalité homme femme à l’européenne quoi !

Il est quand même 10h du matin à Paris, c’est le bon moment pour sortir la tête du sable. On s’habituerait presque à ce lieu paradisiaque… Mais virez moi ce nuage là, baissez un peu le son des vagues s’il vous plait, les grains de sable décalez vous de ma serviette, merci c’est mieux comme ça ! Oui je sais, notre côté : contrôleur des moindre détails, nous perdra un jour, que voulez-vous on ne se refait pas.

Mission Thaïlande // Part. 5 Koh Samui Chaweng

Après la farniente sur la plage, nous nous apprêtons pour rejoindre mon ami Philippe dans son appartement vers Chaweng. Il habite avec sa femme et ses deux filles dans un appartement tout confort, deux chambres, cuisine, salon avec télé et clim, une cuisine extérieure avec douche en plein air, dans une résidence de six ou sept logements entourant deux piscines et une terrasse couverte, le tout pour 8000 baths (240€) le mois et demi. C’est drôle d’attendre de se retrouver à plus de 10 000 kilomètres pour faire connaissance, avec Philippe on se côtoyait surtout au travail,  on se voit une fois par mois en groupe de suivi au conseil général et lors des séminaires mais jamais dans le cadre privé. Je suis heureux de constater qu’il est tout aussi cool dans la vie que dans le travail, et sa famille est adorable, sûrement l’occasion de se retrouver en France maintenant que le contact est fait.

Les filles barbotent dans la piscine pendant que nous discutons de choses et d’autres autour d’un apéro, avoir du temps pour nous entre adultes surtout pour se parler, ça manque souvent lorsque l’on voyage en famille, bien souvent ça se résume à ça : « ouai je te disais par rapport au problème que j’ai eu avec Véro… Oui je t’écoute chanter mon amour… oh c’est beau… et bien au début j’ai dis à Véro que… oui il est trop beau ton dessin !… Pour Véro c’était important que je lui dise que… oui j’arrive je viens jouer avec toi…« . Voilà ! c’est ça habituellement les vacances en famille, heureusement un mec inventa la piscine et là il créa une petite parenthèse inattendue pour les parents ! Dédicace à Frédéric.

Ciel, il est déjà 15h à Paris, nous décidons de quitter mon pote pour aller à Chaweng au marché de nuit. en route avec nos scooters, bien pratique au fait ce  bolide et tellement moins cher que le taxi au final, comptez 200 baths (6€) la journée.

Le marché est un immense bazar organisé, les échoppes de bouffes laissent place aux échoppes de vêtements, de jouets, montres ou d’autres accessoires inutiles pas chers. Pour Julien il est au paradis, il passe d’un stand à l’autre s’en jamais s’arrêter de manger, une brochette de viande par ci, une saucisse par là, je pense qu’il pourrait créer un sport national où le but serait de lâcher trois mecs dans un marché afin qu’ils dévorent le plus possible. Chose très pratique, il a pensé à mettre un t-shirt blanc, ce qui nous facilite le suivi de son menu festin au cours de la soirée, tiens une tâche de sauce soja, t’as mangé des brochettes ! Une tâche de sauce chocolat, t’as mangé des gâteaux.

Mission Thaïlande // Part. 5 Koh Samui Chaweng

Le marché se termine par une petite fête foraine, alors ne vous emballez pas, j’ai bien utilisé le mot ‘petite’, ce qui veut dire en gros 3 stands de tir au fusil, 1 stand loto, un manège, une structure gonflable et des chaises volantes. Et encore malgré tout ça vous continuerez de vous imaginez un super truc et vous serez loin du compte. Prenons par exemple les chaises volantes que tout le monde connait, eh bien ici il s’agit de sortes de chevaux à bascule dont on aurait enlevé la tête et gardé juste le corps, le tout attaché à l’avant et à l’arrière par une tige en métal pouvant faire basculer la chaise à tout moment si l’enfant se penche trop sur les côtés, le tout relié à un moteur de 2CV qui ne s’arrête jamais de faire tourner le manège sauf si tu attrapes toi même la structure, ce que j’ai fait au bout d’un quart d’heure au bout duquel les filles n’en pouvaient plus de tourner en rond.

Et comme je vous le notais dans le titre, ‘le coup du sort’ arriva…. Je me rends compte soudain que je n’ai plus mon portable ! Je cours au scooter pensant l’avoir laissé dans le vide poche avant, mais bien sûr rien du tout ! Deux options soit je l’ai laissé dans ce fameux vide poche, malheureusement ici les scooters sont légions et collés côte à côte, le propriétaire du véhicule d’à côté à du se faire une joie de fouiller mon vide poche, soit je l’avais sur moi et j’ai fais le bonheur d’un pickpocket. Dans les deux cas je suis à poil de portable ! S’il y a bien un adage que je retiendrais lors d’un prochain séjour en Thaïlande : « viens sans rien si tu ne veux pas perdre ton bien ! ».

 CHUUUUUUUUUUTES D’EAU !

Ce jeudi nous partons avec l’idée de chercher quelques chutes d’eau, histoire de se délecter d’une eau moins salée que la mer, dans un cadre toujours aussi apaisant.

Direction Waterfall Hin Lad, à une dizaine de kilomètres de nos bungalows, à l’ouest de Koh Samui. Réputées comme parmi les plus belles de l’île, avec une demi-heure de marche prévue, cela ne devrait pas être une difficulté pour nos petites.

Montés sur nos scooter, armés de nos casques et lunettes, nous risquons déjà bien moins que n’importe quel touriste qui se la joue zizi rider à fond les ballons ! Une trentaine de minutes plus tard nous voici arrivés à l’entrée du chemin qui borde le cours d’eau jusqu’au cascade. Un temple paisible et caché dans la nature nous accueille comme pour nous souhaiter bon courage pour l’expédition. Une petite pensée pour Buddha et hop les filles prennent le leadership et nous emmène d’un pas décidé vers la cascade. Elles ont du mérite car le parcours est semé de cailloux glissants, de racines qui sortent de terre et de passages escarpés. Nous suons sang et eau, enfin c’est une expression bien que ! Pour Julien ce fut encore une fois l’occasion de se blesser, attaqué par une branche qui n’attendait que son épaule ! Pauvre de lui, ses brûlures solaires venaient à peine de se remettre, la peau séchée s’ouvrant à peine… j’ai l’impression de commenter une dissection lors d’une séance de travaux pratiques ! Désolé si vous êtes à table.

Mission Thaïlande // Part. 5 Koh Samui Chaweng

En chemin nous faisons encore une fois la connaissance avec cette nature luxuriante propre à ces pays tropicaux. Des arbres aux feuilles immenses et épaisses, des arbres au tronc sinueux, des insectes macroscopiques, et une humidité !!! On a l’impression de marcher sous la pluie sans les gouttes d’eau qui tombent du ciel, tant nos vêtements sont mouillés. Un conseil, pour la monter allez-y en maillot de bain directement.

« Du haut de cette chute d’eau 20 siècles nous contemplent ! », c’est surement ce qu’aurait crié Napoléon, les pieds dans l’eau, le front face au soleil, si son esprit de conquête l’avait poussé jusqu’en Thaïlande et que les chutes d’eau étaient considérées comme une création de l’homme ! Avec des si vous l’aurez remarqué, on refait le monde.

Mission Thaïlande // Part. 5 Koh Samui Chaweng

C’est vraiment très beau ! La baignade dans cette eau presque fraîche et limpide, j’insiste sur le presque, nous hydrate de notre expédition éreintante. Quelques plongeons, quelques photos, une distribution de graine aux poissons et déjà l’heure des moustiques à sonné. Il est temps de rentrer s’il on ne veut pas ramener une Stéphanie et une Agnès dans le même état que Pierre Richard dans le film « la chèvre » ! C’est à dire gonflées de partout !

Le retour se fait plus rapidement mais plus facilement, les descentes sont bien souvent plus techniques que le montées. Pour parfaire notre expédition, il est une tradition que nous respectons au plus haut point depuis notre arrivée dans ce pays : la brochette ! Dès que nous approchons d’un marché, les oreilles et les narines de Julien se tendent vers l’avant, la respiration se fait haletante, la salive abondante, il s’écrit alors : « BROCHETTES !!! », à ce moment là nous savons qu’ils nous restent que peu de temps pour se parquer (comme disent les canadiens), et s’installer devant l’étalage d’un vendeur de viandes cuites, avant que le système digestif de notre ami ne soit en hypoglycémie.

Le ventre plein, nous quittons la ville de Nathon. Tree House nous accueille telle un lieu familial déjà encré dans notre quotidien, d’ailleurs les enfants ont déjà opté pour le mot ‘maison’ en parlant de nos bungalows. Le futur départ pour Koh Phangan promet déjà d’être riche en émotion.

RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT