Mission Mexique // Part. 9 Vol retour Paris

Article écrit par Jo l’amoureux

Mission Mexique

Day 22 / C’est l’heure du retour !

C’est la main tremblante que je pose les passeports sur la table…l’agent me les prends sans même un regard…il enregistre tour à tour nos identités l’œil rivé sur son ordinateur…les billets s’impriment rapidement…il nous les tend : « sièges 10A – 10B – 10C »…mes yeux s’embrument de larmes qu’il fait mine de ne pas voir, Agnès comprend alors qu’elle ne pourra pas recharcher son téléphone et Emy à son tour saisi qu’elle ne pourra pas regarder les 37 dessins animés directement sur sa tablette personnelle avec télécommande tout en mangeant les 15 plats que les hôtesses auraient pu nous servir…Non les amis la chance c’est comme la foudre, elle ne tombe jamais deux fois au même endroit !

Nous passons les vérifications d’usage : identité, passeport, trainant nos âmes en peine. Il est tellement dur de voir son nom descendre de l’affiche, si compliqué de subir le poids du regard de ce public qui vous voit revenir vers elle, alors qu’il n’y a pas si longtemps vous voliez avec les plus grands…que de mélancolie dans nos têtes à l’idée de ne pas avoir notre napperon brodé de fil d’or, nos couverts en argent et la petite main bienveillante de l’agent d’escale qui nous remonte le drap sur l’épaule… mais pourquoi on est de retour en classe ECOOOOOOOOOOOO !

Comment ? Quoi madame ? Ra fait suer ! Pourquoi n’ai-je pas fait allemand en quatrième langue ? Si j’avais su que ça aurait pu me servir un jour ! Je crois comprendre qu’une chose, l’hôtesse nous demande si on veut bien changer de place, mais alors c’est vrai ! Dieu existe ! Dieu est amour est compassion ! Dieu est…quoi ? Ah si on peut se placer à côté de nos enfants juste pendant le décollage ? ….

Passons cet épisode navrant de notre histoire et de celle de l’humanité par la même occasion. Eurowing se distingue tout de même par ces couvertures même en classe éco (alors ok faut faire le voyage de nuit sinon tu peux de brosser Martine), et des petites bouteilles d’eau, juste pour ceux qui comme nous ont osé débourser quelques dizaines d’euros en plus pour avoir les places en première ligne, celle proche de l’entrée. Et bien vous le croirez si vous le voulez mais ces places en première ligne, et bien elles ne sont pas si top que ça ! Oui tu as de la place pour les genoux mais personnellement mes genoux sont déjà en kit, de plus mes cuisses ne sont pas plus longues que mes pieds, alors j’aurai préféré avoir de la place sous le siège d’en face, ainsi j’aurai pu y glisser mes jambes, au lieu de ça tu as un mur en face de toi sur lequel vient s’écraser tes orteilles. Donc en gros, tu as une position semi allongé, semi assise, des pieds endoloris avec des fourmillements, et pour couronner le tout, tu as le bruit toutes les 10 minutes de ceux qui vont aux toilettes… Allez bonne nuit !

Quelques heures de vol plus tard, Julien a attaqué son 8ème film, ses yeux injectés de sang ont l’air de se porter beaucoup mieux qu’à l’aller. Agnès a pris 10 ans dans la vue tant la fatigue s’est accumulé sur les plis de son visage. Les filles sont contentes, elles peuvent profiter de bonheur de leur tablette. Vivement Paris.

A notre arrivée à Dusseldorf nous avons 1h pour changer d’avion, alors autant vous dire que faut pas trainer car on nous fait changer de terminal : « tu vois le hall A tout là-bas, derrière les portiques de la douane et de check des bagages ? Eh bien c’est là, alors cours ! »

Finalement plus de peur que de mal mais une vérification qui aura quand même pris plus de temps qu’au Mexique, à croire que l’allemand est plus rigoureux que le mexicain, ah la qualité Allemande est indétronable.

Bref retour au bercail dans la voiture de papy Gilou qui nous rappelle que finalement, voyager en classe éco c’est pas ce qu’il y a de pire ! Allez Emy plis les genoux… Agnès tu dors ???

RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT