Mission Mexique // Part. 3 Valladolid

Avant d’arriver à Valladolid, je vais vous donner quelques astuces pour savoir circuler au Mexique, parce qu’il ne suffit pas d’avoir un permis de conduire…

Valladolid - Streets

Astuces pour circuler au Mexique

Les feux aux intersections se situent de l’autre coté de la route, comme au Canada. Oui je sais dans d’autres pays aussi mais c’était juste pour rappeler subtilement que nous avions déjà parcouru ce pays autrefois.

Si un flic t’arrêtes pour te dire que tu as fait un excès de vitesse, et qu’il est prêt à t ‘épargner de devoir récupérer ton permis de conduire au commissariat en payant au passage 3000M$ (150€), moyennant la remise en main propre de la coquette somme de 2000M$ (100€), fais mine de n’avoir aucune espèce sur toi. Même si ce dernier descend le tarif de moitié encore. Il va finir par te faire un petit rappel à la loi mais t’inquiète il ne sera pas long car c’est l’heure de la pause, la cantine va ouvrir.

Prends de la monnaie avec toi, non pas pour contredire le point 2, mais pour payer les péages. Sans quoi tu risques de devoir quémander comme un mendiant de l’argent aux locaux. Heureusement qu’une âme charitable a accepté généreusement de payer pour les GJ et nous la coquette sommes de 305M$ x2 (30€ pour les 2 véhicules), je pense dire sans me tromper qu’en France ce genre de situation ne serait jamais arrivée. Déjà parce qu’en France on peut payer les péages avec la carte, et aussi parce qu’en France la donation est taxée à 35% donc la réponse courante c’est : va mourir !

Valladolid - Streets

A notre arrivée dans Valladolid des souvenirs me reviennent en mémoire, il y a 18 ans au Pérou… La Plaza Mayor, les petites rues dépourvues de vie dépassé une certaine heure, quelques échoppes par ci par là, une ambiance de fin de carnaval, tout y est. Valladolid est une ville assez étendue mais la densité n’est pas très forte, ce qui donne l’impression d’être dans une ville de campagne avec de longues ruelles. Quelques bâtiments colorés donne un coup de peps dans certaines parties de la ville un peu isolées, les restaurants ne sont pas légion par ici, avec le nombre de touristes que les cenotes et la cité Chichen Itza attirent, il faut s’y prendre tôt pour avoir une table pour 6.

L’hôtel El Meson del Marques

L’hôtel est assez sympa. Un restaurant donnant sur un patio pourvu d’arbres gigantesque dont un qui traverse les étages, dans la seconde partie de l’établissement, une cours intérieure avec piscine et jacuzzi (qui ne fonctionnait pas). Notre voiture stockée au parking de l’hôtel, nous nous délectons une nouvelle fois du trésor inestimable chez les moins de 12 ans : la piscine !

Valladolid - Hotel El Meson Del Marques

Day 2 / Visite de la Cité Maya Chichen Itza

Le lendemain départ assez tôt pour se rendre à la cité maya Chichen Itza. Une fois le péage passé, vous avez à votre droite sur une petite aire de parking, un stand qui vend des entrées pour le site, une place de stationnement, et vous pouvez combler le tout avec d’autres agréments comme : une séance dans un planétarium, le restaurant de l’hôtel et l’entrée dans le cenote Ik Kil. Pour notre aventure nous avons opté pour le planétarium et le cenote. L’intérêt de ce type de package est qu’il propose de passer par l’hôtel qui est juxtaposé au site maya, ce qui permet d’éviter les longues fils d’attente pour acheter son billet d’entrée, et vue le nombre de personnes déjà présentent à 10h du matin, faut mieux pas perdre son temps devant le guichet.

Valladolid - Chichen Itza

Une fois en face de cet immense monument maya c’est avant tout l’étonnement qui nous gagne puis la sérénité d’un tel lieu. Il semble comme habité encore par ses anciens locataires. Notre imagination tente de revoir ces rituels autour de la pyramide, les processions, les évènements festifs qui devaient s’y dérouler à cette époque. La chaleur est tout de même accablante et a bien failli avoir raison de nos 2 jeunes poissons complètements déshydrater sans leur piscine quotidienne. Mais cela était sans compter l’intervention de notre super guide : Juan. Il a su capter l’attention de notre petite troupe très rapidement avec son humour, ses anecdotes et sa manière de raconter, un vrai régal. Il a gérer la partie informative à l’ombre des arbres pour mieux nous faire progresser au soleil face aux divers éléments de la cité maya, d’ailleurs je devrai plutôt dire désormais la cité Maya-Toltèque. Nous en avons appris des choses et même revu notre vision de cette civilisation, notamment tout ce qui concernait les sacrifices humains… Décidément qu’est ce qu’on peut croire comme conne*****, merci Indiana Jones et son temple maudit (bon même si dans ce film il s’agit plutôt de la culture Indienne, Hollywood en rajoute une couche sur le côté sanguinaire des anciennes civilisation). A retenir : ne pas hésiter une seule seconde à prendre un guide qui fait toute la différence. Nous aurions passé 20 minutes à faire le tour de la cité mais avec un bon accompagnateur qui vous montre où regarder et vous permet de faire rejaillir le passé perdu, c’est un film en 4D auquel nous avons été spectateurs et acteurs, bravo ! On a en même oublié la frustration de ne pouvoir monter sur la pyramide (depuis 2005 et un accident mortel, elle est fermée au public). Le guide nous a couté 900M$ sans le TIPS qui le méritait largement.

Valladolid - Chichen Itza

La suite des hostilités n’apporte rien en valeur ajoutée. Le planétarium permet tout au plus une petite sieste au frais. Le fait qu’il ne soit proposé qu’en anglais et en espagnol n’a pas pu parachever l’œuvre du guide dans la tête des enfants. La pluie aura presque eu raison de notre périple mais une fois n’est pas coutume, lorsqu’il pleut nous sommes à l’abri. C’est donc un déjeuner spectacle d’eau auquel nous avons pu assister.

Valladolid - Chichen Itza

Nous remettons à une prochaine visite du Mexique, le spectacle son et lumière qui nous oblige à revenir le soir après avoir fait plus d’une demi heure de trajet retour, et puis les filles ne voulaient plus quitter leur piscine d’adoption, ça sera donc pour une autre fois.

Valladolid - Chichen Itza
Valladolid - Chichen Itza

Quant à la visite du cenote Ik Kil ce sera pour un prochain jour vu la pluie tropicale qui vient de nous tomber sur le nez !

Day 3 / Réserve naturelle de Rio Lagartos

Lendemain départ pour Rio Lagartos. Une petite ville de pêcheur qui propose d’aller à la rencontre des flamands roses et des marais salants. En un peu plus d’une heure et demi nous voici le long de la côte. Heureusement pour nous, on se gare face à un ponton de pêcheur qui propose la sortie en mer, découverte des flamands, le bain Maya (en gros un bain de boue) et les marais pour moins de 800M$ que 400 mètres plus loin, là où s’arrête tous les tours operators. Du coup banco, on va d’abord manger et ensuite on se posera dans le bateau.

Valladolid - Rio Lagartos

Les pélicans

Quelques coups de fourchettes plus tard nous voici armé de notre plus farouche curiosité et de notre capitaine locale : Luis. En route pour les flamands roses. La balade est assez bien organisée. Les bateaux se croisent sans jamais se retrouver cul à cul, ce qui fait qu’il y a toujours peu de personnes sur chaque site. Les flamands sont présents bien que un peu loin à notre gout. Quel est notre gout ? Bah celui d’avoir les flamands dans nos bras pourquoi ? Mais au moins, on a vu les pélicans de près !

Valladolid - Rio Lagartos

Les poissons globe

Le guide est super sympa, il s’adapte vraiment à vos envie et nous laisse prendre notre temps sur chaque site. Il offre même la possibilité à Maximéo de découvrir son premier poisson globe. Alors oui je sais, j’entends déjà les cousins de Brigitte Bardot crier à l’infamie, au scandale : « Comment ? On ne touche pas un poisson ? Encore moins le mettre dans une situation stressante comme cela ? », et je leur répondrai qu’ils ont raison ! Ça va, calmés ? On peut reprendre la visite ?

Valladolid - Rio Lagartos
Valladolid - Rio Lagartos

Les marais salants

Du coup la suite, les marais salants. Un paysage qui laisse un sentiment partagé. On a l’impression d’observer un désert d’acide liquidant tout ce qui le touche, et un magnifique lieu où les micro-organismes sont rois et permettent cette incroyable alchimie donnant naissance au sel et par la même occasion cette couleur rose. Bon alors je dis rose mais ne vous imaginez pas la nuance flashy de la voiture de Barbie. On peut dire que selon l’heure de la journée et la saison la couleur variera entre le gris-violet et le marron-vermeil.

Valladolid - Rio Lagartos
Valladolid - Rio Lagartos

Le bain maya

La troisième étape et non des moindre, notre bain maya. Un régal pour les plus jeunes. Lors de notre voyage au Canada (oui je sais j’en rajoute une couche) Emy n’avait pas voulu tester. Désormais c’est une nouvelle activité à rajouter à son CV. Un parfait masque d’argile de la tête au pied. Pendant que mon compère Ju finissait sa digestion au bord de l’étang, nous nous délections de cette superbe texture sur notre corps pour retrouver, on l’espère, une peau de bébé.

Valladolid - Rio Lagartos
Valladolid - Rio Lagartos
Valladolid - Rio Lagartos

Une fois que Maximéo eut fini de manger les 3 kilos d’argile qu’il restait, départ pour un rinçage sur une plage bien attrayante dépourvue de touriste, puisque accessible uniquement par barque. L’occasion de sortir à nouveau le drone.

Valladolid - Rio Lagartos

Heureusement, pour combler le rinçage qui n’est pas du luxe, Luis nous indique un lieu bien plus approprié que la plage de Cancunito prévue. A 500 mètres du port, un bassin d’eau douce (issu d’une résurgence) est accessible au public. Il ne fallait pas nous en dire plus pour satisfaire nos deux petits poissons Emy et Cléaline, qui s’en sont données à cœur joie à coup de concours de saut et de selfy aquatiques.

Valladolid - Rio Lagartos

C’est la tête pleine d’images nouvelles et d’une peau magnifiquement blanche des restes d’argile mal rincés que nous rentrons à l’hôtel.

Day 4 / Les 3 cenotes

Pas moins de 3 cenotes en moins d’une journée et une bonne distance à accomplir avant de rejoindre notre prochain hôtel.

Pour les 2 premiers nous n’aurons pas longtemps à attendre puisqu’au bout de 20 minutes nous sommes déjà sur l’air de parking et en à peine 20 secondes on nous demande de régler un droit de stationnement, mais bien sur on ne donne que ce que l’on veut car toutes les personnes ici sont bénévoles et œuvre à garder le site en état, donc à votre bon cœur messieurs, dames !

Il faut savoir qu’au Mexique le service n’est jamais compris, donc le pourboire (tips) est un sport quasi national. Dès lors, tous les coups sont permis pour permettre de gratter quelques pesos de plus, dont celui de jouer la carte du bénévole au bon cœur. Bien sûr je vous entends encore vous énerver face à vos écrans, que nos vies de nabab valent bien de verser plus de la moitié de nos dividendes à cette partie du monde qui a à peine de quoi s’habiller. Mais détrompez-vous. Je ne serais pas contre verser la moitié de ma paye pour couvrir la misère du monde si j’avais le salaire d’un vrai nabab effectivement, en attendant je trouve que le côté naturel et quasi mystique des cenotes est vite gâché dès qu’on est assailli par la fine équipe des Tipseurs, comme je les appelle.

Valladolid - Cenotes Xkeken Samula

Concernant Xkeken et Samula c’est presque du domaine du haut niveau. Une fois le stationnement réglé bénévolement, vous réglez votre entrée, ensuite vous passez devant un fond vert pour une photo montage à régler en partant (attention la pose est obligatoire sinon vous déclenchez une guerre diplomatique, on a essayé d’esquiver rien à faire), enfin vous êtes accueillis par un guide qui vous explique encore une fois qu’il est là bénévolement et qu’il va vous assurer la visite des lieux, non sans un geste gracieux de votre part, mais bien sûr, c’est vous qui voyez.

L’essentiel à retenir de ces 2 cenotes, ils sont parmi les plus beaux qu’on ait vu lors de notre voyage. Vous allez me demander comment je le sais étant donné que l’on commence le voyage ? Ai-je vraiment besoin de répondre à cette question qui n’a d’intérêt que pour ceux qui n’ont toujours pas compris qu’un blog, ça ne s’écrit pas le jour même, enfin pas dans mon cas.

Le cenote Samula

Samula est d’une beauté incroyable, accessible avec des enfants par un escalier un peu glissant, une plate forme permet de poser les affaires et de continuer la descente tranquillement dans l’eau pour vous aider à vous acclimater à la température. La lumière qui parvient du haut est absolument envoutante. L’eau cristalline permet d’entrevoir quelques poissons chats et guppy. Dans cette eau écarlate le corps s’adapte vite à la température. Des cordes sont hissées de par et d’autre permettant de soulager les plus jeunes ou les moins à l’aise dans l’eau.

Valladolid - Cenote Samula

Le cenote Xkeken

Xkeken est également merveilleux. L’escalier est un peu plus étroit mais la plateforme a quasiment des allures d’amphithéâtre. La lumière descend du plafond tel un faisceau cette fois, faisant pénétrer encore plus de lumière que pour le précédent.

Valladolid - Cenote Xkeken

Nous avons pris un incroyable plaisir à savourer la qualité de l’eau, à jouer avec les poissons, s’immerger ça et là pour aller à la chasse aux pièces archéologiques, mais la pénombre avait souvent raison de nos petits cœurs en émoi, ça fait toujours un peu flipper de nager là où on ne voit rien.

Valladolid - Cenote Xkeken

Pour le départ, si vous parvenez à esquiver le paiement de la photo vous aurez l’agréable nouvelle de ne rien payer en supplément, c’est assez rare pour le souligner.

Le cenote Ik Kil

Direction l’un des cenotes les plus connus du Yucatan Ik Kil… Je vais tenter de ne pas vous dégouter et de rester neutre, ne serait-ce que pour rendre hommage à cette grotte qui n’y est pour rien.

Valladolid - Cenote Ik Kil

Je résumerai la visite par : TOUR OPERATOR ! Dès l’arrivée sur le parking, des centaines de bus déversent les groupes de touristes par dizaines. Vous passez l’entrée et vous voici tel un parc d’attraction, accaparé par les employés déguisés en mayas pour vous quémander une photo. Ensuite au loin vous entendez un brouhaha intense…. Que se passe t-il ? Y aurait-il une foire qui s’est ouverte à côté du cenote ? Ah ok !!! Donc le plaisir simple d’un touriste se limite à trois choses :

  • Payer des visites plus chères que les autres.
  • S’entasser dans des bus climatisés pour survoler les monuments.
  • S’agglutiner les uns aux autres pour prendre un petit selfie avec Paulette en gilet de sauvetage orange, devant une soixantaine de personnes qui attendent que tu libères les 2mètres carrés dans lesquelles tu flottes pour pouvoir en faire de même.

J’espère juste une petite chose pour ma fille, que ce touriste soit un jour très proche, en voie d’extinction. A peine entrés, nous sommes vite repartis !

RELATED POSTS

2 Comments

  1. Répondre

    Hélène Loul’

    21 août 2018

    Coucou !
    Un vrai régal de vous lire et tout cela sublimé par les photos d’Agnès.
    J’adore votre humour !
    Merci pour le partage.
    Un vrai bonheur qui me donne envie de découvrir le Mexique à nouveau (je ne connais pas cette partie).

    • Répondre

      agneslife

      21 août 2018

      Merci Helene ! C’est adorable !

LEAVE A COMMENT