Cote bretonne en camping car // Prologue

Tout commença par un rêve… un Korrigan se promenant dans une forêt magique, s’égare près du château du roi Arthur. Il est recueilli par son ami Merlin qui lui indique son chemin le long d’une côte aux couleurs rose, turquoise et émeraude. Au cours de son périple il rencontre de nombreux aventuriers venus de plusieurs coins du monde. Ils échangent, sympathisent partagent un moment de vie. De retour dans son village à l’orée du bois il semble avoir grandit, gagné en sagesse et en expérience. Les problèmes qu’il avait laissés en partant ne semblent avoir plus la même emprise sur lui, il semble dégagé du superflu comme ailleurs. 

Ce rêve d’aventure digne de « L’alchimiste », nous l’attendions depuis longtemps et particulièrement l’envie de découverte. Découverte d’une région qui nous est chère à bien des égards, la Bretagne.

Notre périple nous l’avons rêvé mais également bien préparé (ou pas !). Connaissant notre gout pour les dernières technologies, les douches chaudes, propres et les sanitaires pas loin la nuit, nous avons opté une nouvelle fois pour le mode camping-car. Les avantages : pas besoin de charger ou décharger la voiture à chaque déplacement, une certaine autonomie permettant de s’égarer sur les chemins, la possibilité de recharger toute notre batterie d’accessoires électriques. Les contraintes, car il y en a, nous ne sommes pas dupes : faire attention à la route empruntée pour éviter de se retrouver coincé, faire face aux imprévus (pannes diverses, petites réparations) et prendre l’habitude de rouler à une allure modérée, voire lente sur les dos d’âne.

Mais cette expérience n’était pas la première pour nous, nous n’en étions pas à notre galop d’essai (remember notre aventure canadienne et notre Tour de France en camping car)

Le parcours à présent.

Étant donné que nous récupérions notre fille, restée dans un camping avec sa grand-mère durant 2 semaines, à Saint-Nazaire, ajouter à cela l’envie très particulière de retrouver nos amis de Rennes : Sandrine et Arnaud. Le sens de notre périple était déjà écrit. Ce sera la côte bretonne dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.

Étant donné que nous avons le luxe de partir 4 semaines, je vous épargnerai les détails de chaque journée. Non pas que notre vie croustillante ne soit pas un vrai régal à lire (et que vous pouvez suivre en live sur l’instagram d’Agnes @agnes_life) , mais nous avons voulu plutôt concentrer nos efforts de rédaction sur les sites découverts, afin de rendre hommage à ces merveilleux coins de France.

C’est parti pour une balade en région armoricaine…

RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT